O
u
v
r
i
r

l
a

n
a
v
i
g
a
t
i
o
n
O
u
v
r
i
r

l
e
s

c
o
n
t
r
a
t
s
[Fiche Veilleur] Freyja Frappefer veille sur vous.


Partagez|
[Fiche Veilleur] Freyja Frappefer veille sur vous.
Messages : 1
Date d'inscription : 10/11/2018
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: [Fiche Veilleur] Freyja Frappefer veille sur vous.
 Dim 11 Nov - 0:42

Frappefer Freyja

Mes pieds ? Je les mets où je veux et ... c'est souvent dans la gueule.



NOM : Frappefer.  Un patronyme étrange, mais qui découle du fait que la famille de la jeune femme travaille à la forge depuis plusieurs générations. Donc ils "frappent le fer".

PRENOM : Freyja. Tout simplement. La petite dernière de la fratrie a échapper aux prénoms des grand-parents. La mère a innové en choisissant un prénom entendu il y a longtemps dans un vieux conte.

SURNOM : Peu de gens s'amuse à lui donner un surnom. De par sa condition, elle intimide. Cependant, quand elle était enfant, sa famille l'appelait parfois "chaton".

SEXE : Femme évidemment. Cela se voit non ?

AGE : A peine 21 ans (plus ou moins).

RANG SOCIAL : Freyja a survécu à toutes les épreuves et maintenant elle fait parti des Veilleurs.

LIEU DE VIE : Soit à la Forteresse, soit à courir les bois pour traquer la corruption.
Freyja est une jeune femme d'allure athlétique. Avec sa grande taille, environ 175 centimètres, sa musculature n'est pas des plus visible. Cela lui donne une silhouette fine et élancée qui est renforcée par des formes assez généreuses même si elle n'est pas gironde. Sa vie ne lui permettant pas de faire des excès de nourritures. Cette silhouette qui pourrait faire tourner quelques têtes est souvent vêtue de fripes de couleur assez neutre allant du marron au vert afin de s'accorder avec les couleurs de la nature. Ces guenilles sont souvent déchirées et laissent parfois percevoir ses cuisses, ses bras, son ventre ou autre partie du corps qu'une femme bien née n'accepterait pas de montrer de manière si impudique. Elle préfère opter pour des vêtements légers pour privilégier sa dextérité. La seule concession qu'elle accepte de faire, c'est pour porter un plastron en cuir souple matelassé. Cette armure légère offre une faible protection, mais lui permet de conserver sa liberté de mouvement. D'ailleurs, cette faible défense a laissé un certain nombre de cicatrice à la jeune femme. D'autres sont juste le fruit de sa formation d'Huva. Pour compléter sa tenue vestimentaire, Freyja a opté pour une épaisse fourrure qui lui sert de cape, manteau et aussi de couverture quand elle doit dormir en pleine nature. Cette fourrure est celle d'un énorme ours qui n'était pas atteint par la corruption. et qui lui tient particulièrement chaud lors des périodes plus fraîches. Sa tenue se complète pas des bottes en cuir souple fourrée pour se préserver du froid. Malgré ses airs de sauvages, la jeune femme fait preuve d'une certain grâce dans sa démarche, mais la plus part des gens préfère y voir là, une prédatrice à la recherche de sa prochaine proie.

Cependant, le fait le plus remarquable chez Freyja, c'est sa longue chevelure rousse. Cette crinière de feu attire le regard, inspire la crainte avant même que les gens sachent qu'ils ont à faire à un Veilleur. Couleur de mauvaise augure, cela s'accorde pourtant bien avec le caractère volcanique de la jeune femme. Bien que tressé, ses cheveux se rebellent pour former de nombreuses mèches qui finissent par encadrer son petit minois mutin. Certainement qu'elle aurait pu plaire à quelques hommes si son visage n'était pas bardé de peintures de guerre bleues. La mine sévère laisse pourtant entrevoir l'espièglerie de la jeune femme quand ses fines lèvres s’étirent en un malicieux sourire. Ses yeux en forme d'amende sont de couleur bleu-vert. Bien qu'étant une ouverture sur l'âme, le regard de la jeune femme reste neutre la plus part du temps. Difficile d'y lire la moindre émotion. Cependant, parfois il se met à pétiller d'une malice qui fait écho à son sourire enjôleur.


Brusque: Ayant grandit dans un univers fait de violence et de douleur, un univers ayant cassé les codes sociaux normaux, Freyja ne sait plus trop comment se comporter avec les autres, avec les gens "normaux", ceux qui ne sont pas comme elle et ses "frères" et "sœurs". Donc, par moment, la jeune femme peut se montrer brusque autant dans ses paroles que ses gestes. Souvent elle ne se rend même pas compte du décalage entre son comportement et celui des autres. Parfois, il lui arrive de le remarquer et de ne plus trop savoir comment faire, alors elle a recours à la seule arme qu'elle connaisse, l'humour.

Courageuse: La jeune femme n'est pas une personne sans peur comme sa formation le lui a prouvée. Non, mais elle sait surmonter ces dernières. C'est ce que l'on appelle le courage. Savoir que l'on a peur, savoir surmonter cela pour faire ce qui doit être fait. De plus, sa détermination doit fortement aider à passer outre cela. Rien ne semble pouvoir stopper la rouquine même si elle tient compte de sa peur pour rester aux aguets, vigilante aux éventuels dangers pavant son chemin.

Déterminée: Si on devait retenir un seul trait de caractère pour représenter Freyja, cela serait sans aucun doute sa détermination. Rien ne peut détourner la jeune femme de son objectif. Pour réussir, elle pourra faire preuve d'une patience infinie alors que ce n'est pas ce qui la qualifie le mieux. Par détermination, elle pourrait même passer outre des provocation alors qu'en général, elle est prompte à répondre. Non, sa détermination est vraiment le trait de caractère dominant qui écrase tous les autres pour diriger la rouquine dans sa conduite, dans sa vie, dans son travail. C'est d'ailleurs cette détermination qui lui a permis de surmonter un certain nombre d'épreuves là où de nombreuses personnes ont lâché prise devant la difficulté. Dire que Freyja est déterminée serait même redondant. On pourrait même dire que Freyja et détermination sont des synonymes.

Effrontée: Cela est le résultat du mélange de sa nonchalance feinte, de sa franchise et de son côté espiègle. Freyja ne se rend pas toujours compte qu'elle peut parfois faire preuve d'une effronterie envers l'autorité entre autre chose. Souvent on lui dit qu'il faudrait réfléchir un peu avant de l'ouvrir, mais elle évacue cette remarque d'un simple geste de la main.

Franche: Certain diront qu'elle est trop franche, qu'elle ferait mieux de se taire, mais cela est impossible. Quand elle a quelque chose à dire, Freyja l'exprime avec force et conviction. Parfois, cela peut provoquer des tensions avec ses interlocuteurs. Heureusement que son Huvar est là pour la tempérer un peu, sinon elle finirait par s'attirer de nombreux problèmes.

Humour: La jeune femme aime bien rire. Certainement qu'une part de l'enfant qu'elle était a survécu à sa vie de douleur et de violence. Elle bien rire des autres, avec les autres. Freyja accepte que l'on se joue d'elle, mais cherchera à remettre les pendule à l'heure. C'est que la jeune femme est plutôt rancunière et ne laisse pas une ardoise impayée. Son humour est un peu particulier. Après tout, elle n'a pas eut toutes les interactions sociales, ni la vie d'une enfant normale. Il est donc normal que son humour soit parfois incompréhensible pour les autres. Ce n'est pas grave, cela la fait bien rire et c'est le principal.

Impétueuse: Le caractère de Freyja est tel un torrent à la fonte des glaces qui dévale le flanc de la montagne. L’impétuosité est un trait de caractère qu'elle partage avec son Huvar, même si lui semble montrer plus de retenu. Cela participe à ce caractère volcanique que la jeune femme possède, c'en est même l'un des traits principaux. Cependant, ne pensais pas qu'elle agisse sans réfléchir, car ce n'est pas le cas. Disons simplement qu'elle n'a pas peur de prendre des risques tandis que la réflexion pousserait à la prudence. La rouquine est une personne que l'on qualifiera d'entière, qui ne fait pas les choses à moitié.

Loyale: Tout comme son impétuosité, la loyauté est un trait de caractère important de la jeune femme. Quand on est lié à elle, on peut compter sur son aide et cela qu'importe la situation. Dévouée à sa fonction et son Huvar, elle fera passer ces derniers avant sa propre vie. Ce n'est pas du fanatisme, juste une loyauté exacerbée par tout ce qu'elle a vécu, ce qu'elle a vu malgré son jeune âge. Plus que la plus part des gens, elle a conscience de son rôle et de l'importance de sa mission. La crainte et la respect qu'elle inspire le peuple ne la touche pas et ce n'est pas pour cela qu'elle oeuvre.

Nonchalante: Freyja donne l'image d'une personne qui fait les choses avec lenteur malgré son caractère volcanique qui s'embrase. Elle semble détachée des contingences dans certaines situations. Ceux qui la connaissent, peuvent affirmer qu'elle feint, que c'est probablement plus pour provoquer que par réelle nonchalance. La jeune femme prend très à cœur sa fonction, mais regrette la façon dont se déroule la sélection. Ce conflit provoque en elle cette forme d'expression de son mécontentement envers l'église même si elle fait son travail du mieux qu'elle le peut. Certainement que c'est sa façon de protester.

Rancunière: Freyja est le genre de personne à qui il ne faut pas le faire à l'envers. Elle oublie rarement une provocation, une insulte, un manque de respect envers elle ou ses "frères" et "sœurs". De ce fait, elle cherchera à venger son honneur ou celui des siens. Qu'importe le temps que cela prendra, qui en sera la victime, car elle est comme cela. La jeune femme possède une rancune tenace qui en fait une personne qu'il vaut mieux éviter de se mettre à dos sous peine de ne plus pouvoir vivre en paix tant qu'elle n'aura pas exercé sa vengeance. Cela peut concerner des choses graves comme la vengeance d'un des siens ou bien des choses plus futiles comme se "venger" d'une blague faite à ses dépends qui réclame un retour de bâton bien mérité.

Sauvage: A force de vivre dans la nature et entourée par la corruption, Freyja semble avoir embrasser sa part "animal", ou tout du moins celle de son Huvar avec plus de force que la moyenne. Certaines interactions sociales lui semblent nébuleuses et ne perçoit pas l'intérêt que cela revêt. Perplexe, elle peut devenir agressive sans raison apparente. Mais cela ne vient pas de nul part et souvent des signes avant coureur perceptibles annoncent ce comportement. Par exemple, elle peut se mettre à grogner tel un loup si quelque chose lui déplaît. Elle peut aussi avoir recours à la violence en réponse à une provocation verbale, son coup spécial reste le coup de boule.

Taquine: Malgré les épreuves qu'elle a connu pour devenir Veilleur. Malgré la douleur, les blessures, les pertes, la jeune femme a réussi à conserver une par de l'enfant qu'elle était en arrivant à la Forteresse. Cette part de ce qu'elle fut s'exprime par sa propension à jouer des tours aux autres. Sa malice n'a pas de bornes et parfois exaspère, mais souvent arrive à détendre l'atmosphère. Parfois les gens le prennent mal, mais la plus part du temps on rit de bon cœur avec elle de ses facéties. Cela tranche avec l'image qu'elle renvoie d'elle au quotidien. Même son Huvar s'amuser de ce trait de caractère qui donne l'impression d'une enfant insouciante. Certain diront que c'est la façon qu'elle trouvé pour exorciser la mort et la violence qui rôde. Dans tous les cas, si vous la voyez avoir un petit sourire malicieux et ses yeux pétiller d'une flamme joyeuse, attendez-vous à quelques coups d'éclats plein de malice.

Vicieuse (rusée): Ne comptez pas trop sur Freyja pour respecter les préceptes de l'engagement lors d'un combat ou en temps de guerre. L'honneur et la gloire sur un champ de bataille sont des notions qui lui échappe totalement. Pour elle, seul le résultat compte. Certainement que son côté "animal" ressort. Elle a préféré s'adapter à son ennemi intime qu'est la corruption. Cependant, elle ne fait pas de différence entre "ça" et les éventuelles bagarres de taverne dans lesquelles elle pourrait se retrouver ou bien les brigands qui tenteraient, malheur à eux, de la détrousser. La jeune femme combat tel un animal avec pour objectif de vaincre coûte que coûte.

De sa vie d'avant, Freyja en garde peu de souvenirs. Evidemment, elle sait que sa famille tenait la forge du village, d'où son nom de Frappefer. La jeune femme se souvient parfaitement que son village se trouvait au Sud de Morhai pas très loin de la frontière du royaume. Aujourd'hui, elle serait bien en peine de reconnaître ses parents, l'un de ses trois frère ou sa sœur. Le temps et les épreuves passées à la forteresse ont estompé tout cela. Quelque vagues sentiments lui reviennent en mémoire quand elle se force à repenser à ce temps perdu. La Peur ! C'est le sentiment prédominant qui l'a marqué. Avant, elle avait peur, sa famille aussi et plus largement les gens du village. Tout le monde vivait dans la peur d'une violente résurgence de la corruption. Certes, la population aux frontières était habituée aux attaques, mais cela n'empêchait absolument pas la peur. Même la force de l'habitude ne pouvait effacer ce sentiment solidement noué aux tripes de chacun. La tristesse aussi faisait son apparition. La tristesse de se voir arrachée à sa famille. La milice impassible prenait les enfants sur ordre des prêtres sans se soucier des récriminations des gamins et plus rarement de celle des familles. Les gens regardaient la colonne avancer et quitter le village. Freyja arrivait à voir par moment le soulagement. Celui d'avoir put garder son enfant, d'avoir vu les miliciens prendre ceux des autres. Abjecte égoïsme qui ne plaisait guère à la jeune femme qu'elle était devenue. De sa vie d'avant, la rouquine n'en gardait que des fragments qui n'avaient pas de sens, des sensations et des émotions qui ne lui donnaient guère envie de pousser plus loin dans sa mémoire, d'en savoir plus sur ce temps perdu qu'elle n'estimait pas heureux.

Encore la Peur. Décidément, ce sentiment était récurent dans l'enfance de Freyja. C'était la première chose qui lui revenait en mémoire quand elle pensait à son voyage avec les autres tributs en direction de l'imposante forteresse. Le calme aussi. Celui des miliciens parfaitement organisés pour encadrer le convois. Encore la Peur quand parfois un Huvar se laissait apercevoir par des gamins en larme conscients de ce qui les attendaient au bout du chemin. Enfin la peur, pas vraiment, plutôt de la crainte mélangée à de la fascination et du respect en ce qui concernait la fillette qu'était Freyja. Pas encore sept ans et pourtant déjà si mature dans l'analyse de ce qui se passait autour d'elle. Elle savait parfaitement ce qui allait se passer. Les légendes sur les Huvas et Huvars étaient nombreuses, mais toutes s'accordaient sur le fait que leur vie d'apprenti était faite de souffrance et de peur. Quand on voyait ces loups majestueux ... la gamine avait bien du mal à se dire que c'était aussi difficile que cela. Pauvre idiote, maintenant tu le sais parfaitement que c'est bien au-delà de ce qui est descriptible. Les mots ne suffisent pas pour traduire tout ce que peut vivre un Huva en formation. La mort, la souffrance, les échecs, la folie, tout cela n'étaient que des mots ne pouvant réellement décrire ce qui attendait les tributs. Jamais il n'existera de mot pour décrire cela et maintenant la jeune femme le sais. Comme ses "frères" et "sœurs", elle garde le secret là dessus, laisse les gens s'imaginer des choses, car jamais ils ne pourront côtoyer la réalité même dans leurs cauchemars les plus fous.

La jeune femme se souvenait aussi cette sensation de malaise quand les contours déchiquetés de la forteresse s'étaient dessinés dans l'horizon crépusculaire. Ce sentiment de dangers qui émanait de cette puissante et lugubre forteresse. Encore la peur quand les cris parvinrent aux oreille des gamins. Des cris de terreurs mais aussi de douleurs, ils étaient indissociables, entremêlés et pourtant glaçant. La majestueuse porte ressemblait à une gueule béante affamée qui avala les voyageurs comme un géant glouton. Encore et toujours la peur. Freyja avait l'impression d'avoir toujours vécu avec ce sentiment chevillé au corps, mais là, il était exacerbé par un environnement hostile, par les jeux de lumières qui donnaient vie aux ombres donnant à la fertile imagination des gamins des raisons d'être encore plus terrifiés. Tous réuni sur la place de garde de la forteresse sous les yeux inquisiteurs du clergé, les gamins braillaient, pleuraient, hurlaient, insultaient pour les plus courageux, mais la rouquine se souvenait surtout de ce souffle chaud qui la fit sursauter. Se retournant vivement, elle se retrouva quasiment nez-à-nez avec un immense loup noir. Les yeux dans les yeux, la peur s'envola pour laisser place à la fascination. La gamine ne remarqua pas tout de suite la cicatrice qui barrait l’œil droit du loup, ni les sang séché qui collait les poil de la bête. D'ailleurs, elle ne remarqua pas le groupe qui accompagnait cet immense loup au pelage nuit. Ils revenaient de mission, une mission qui avait mal tournée. Le loups avait perdu son Huva dans la bataille contre la corruption. Cela avait duré une fraction de seconde, mais cela parut une éternité pour la fillette rousse. Plus de peur, juste une profonde conviction qu'elle serait un jour l'un de ces protecteurs. Rien ni personne ne pourrait l'empêcher maintenant qu'elle avait décidé de cela.

Un an à courir, sauter, grimper, se battre, se faire battre, tout cela pour renforcer son physique afin de se préparer au mieux pour le premier test. Sans se plaindre, Freyja fit son chemin parmi les tributs. Frêle, on ne lui donnait pas beaucoup de chance de s'en sortir. Au mieux, on lui prédisait un avenir chez les miliciens. Pas un regard pour eux, elle n'avait d'yeux que pour les Huvas et ces majestueuse bête que sont les Huvars. Non, elle dépasserait sa condition, elle montrerait à tout le monde ce que la volonté d'une personne peut faire. Non, elle ne se laisserait pas rejeter si facilement, elle se battrait pour cet objectif qu'elle s'était fixé lors de son incroyable rencontre avec cet énorme loup noir. La fillette de l'époque savait déjà dans son fort intérieur ce qu'elle voulait faire, ce qu'elle deviendrait malgré l'avis de tous les autres. Pas de peur face à l'avenir, juste la certitude qu'elle réussirait même si cela allait être très certainement un chemin très difficile à arpenter. Un an pour transformer la fillette rousse en une gamine capable de passer le premier test. A chaque transfusion, les hurlements se faisaient entendre dans toute la forteresse. Cela ne faisait que renforcer la détermination de la gamine là où la peur devait s'insinuer. Pas de peur, elle en avait finit avec ce sentiment paralysant, enfin c'était ce qu'elle croyait. C'était son tour. C'était à elle de prouver que tout le monde avait tord à son sujet. Droite et fière, elle avança sans aucune hésitation vers le prêtre et s'allongea sur la table pour subir à son tour la fameuse transfusion. Toujours pas de peur, juste la diffuse sensation de chaleur qui se mua rapidement en un profond feu ardant qui la brûlait de l'intérieur. Un léger couinement s'échappa malgré elle. Son défit était clair pourtant, faire mieux que les autres, ne pas hurler, ne pas avoir peur, ne montrer que sa détermination. Cependant, la douleur fut la plus forte et la gamine finie par se tortiller sur la table en hurlant à plein poumon comme tous les autres. Refusant de rendre les armes, Freyja tenta de recentrer son esprit. Elle avait vu les plus âgés faire cela lors de certains entraînements. Peine perdue. Sans formation, elle ne pouvait guère savoir comment canaliser son esprit, le détacher de son corps et la couleur qui le parcourait avec délectation. Devant la terrible douleur, le seul refuge de son esprit fut la perte de connaissance. La gamine se réveilla plusieurs heures plus tard dans son lit avec une forte fièvre. On disait qu'elle avait déliré, qu'elle avait fait preuve d'une rare sauvagerie, qu'il avait fallu quatre miliciens pour la transporter dans son lit, qu'ils avaient dû l'attacher pour éviter qu'elle ne cherche à se lever. Finalement, beaucoup avait des doutes quand à son réveille, mais la gamine avait ouvert les yeux avec un sourire plein de défit au lèvres. Elle était apte malgré la violence de la réaction.

Malgré les muscles perclus de douleur et une fièvre légèrement persistante, elle se leva et alla rejoindre ses camarades ayant eux aussi réussit ce premier test. Ce premier test écréma les tributs de manière spectaculaire. Freyja n'était pas passée loin de finir chez les lames, mais sa farouche détermination plaidait en sa faveur. De toute façon, si elle n'était pas apte, la suite finirait par l'écarter. Encore un an pour s'endurcir physiquement et psychologiquement. Un an où les instructeurs observaient les gamins, cherchaient à trouver les failles pour les mettre en difficulté. Tout cela dans le but de ne prendre que ceux capables de s'adapter, de se dépasser, de repousser ses limites plus loin qu'il n'était imaginable. Ces hommes et femmes étaient tous passés par là, mais ils connaissaient aussi la suite, la vie que les jeunes qui passeront tous les tests avec succès allaient devoir vivre. Oui, ils savaient tout cela et c'était aussi pour cela qu'ils poussaient tous les gamins dans leurs derniers retranchements. Pas de pitié, car la corruption n'en montrait pas. Pas de cruauté pour autant, juste l'envie de ne laisser passer que les enfants les plus prometteurs, ceux qui pourrait lutter contre la corruption avec leur Huvar et ainsi protéger la civilisation, protéger le royaume, le peuple. Un an d'entraînement pendant lesquels parfois un Huvar observait les gamins avec attention, curiosité voir avec amusement par moment. Deux ou trois fois, Freyja vit le loup noir à la balafre dans la cours de la forteresse. Elle savait qu'il avait perdu son binôme. On lui avait expliquer que c'était toujours un moment difficile pour le survivant et qu'il fallait du temps pour s'en remettre. Souvent, les Huvars passaient de nombreuses années dans la forteresse avant de chercher un nouveau binôme. Ce loup noir était fascinant, il dégageait un tel calme et à la fois une telle sauvagerie difficilement contenue. Un paradoxe, juste un paradoxe. Et, pendant ce temps du deuil, la fillette subissait sans broncher les entraînements, les brimades, les tests en tout genre. Caractère de feu telle sa chevelure, elle ne se laissa pas démoraliser par la difficulté. Rageuse, elle fit preuve d'une détermination qui attira l'approbation de certains instructeurs. Cependant, le doute persistait. Était-ce suffisant pour continuer ? Pour devenir Huva ? Mystère !

Pas encore neuf ans quand le véritable entraînement commença. Les tests se succédèrent, les tributs tombèrent comme des mouches. La sélection implacable écréma encore un peu plus les rangs. Poussée régulièrement au bout de ses forces, de ses résistances mentales, Freyja trouvait toujours la ressource pour se dépasser encore et encore. Elle revoyait ces yeux d'or qui la fixait, ce de cet énorme loup noir. Ce regard envoûtant poussait toujours la gamine à se surpasser, car la fillette ne voulait pas que tout s'arrête. Pas après tant de sacrifices et de souffrances, il fallait bien qu'elle soit récompensée pour son abnégation, sa détermination et sa force intérieure. Les journées d'apprentissage étaient toutes les mêmes pour Freyja. Debout le matin vers 5h00, petit-déjeuner et toilette avant de rejoindre les instructeurs pour apprendre les rituels. Midi, c'était l'heure du repas. Puis, vers 13h00 c'était le début des entraînements physique avec quelques passe d'arme afin que le veilleur ne soit pas dépourvu en cas de combat. Vers 17h00 on apprenait la méditation afin de pouvoir centrer son esprit quelque soit l'environnement et cela jusqu'au repas du soir. Freyja aimait bien le combat, elle y excellait même en comparaison de ses camarades. Elle faisait preuve du vice nécessaire pour s'imposer. Elle ne connaissait qu'une seul règle: Gagner. L’endurcissement physique poussait toujours plus loin les limites des enfants. La gamine était étonnée de voir ce qu'un corps humain pouvait finalement supporter. Mais ce qu'elle préférait, c'était les cours où l'on apprenait à tracer les "runes" permettant d'utiliser le pouvoir qui coulait dans les veines des Huvas grâce aux grands loups. Parfois, les instructeurs chamboulaient l'organisation huilée des journées de cours. La corruption le faisait sans prévenir et l'adaptation était primordiale. Alors, les gamins pouvaient se retrouver à gambader dans la forêt environnante de la Forteresse. Juste une promenade ? Non. On les lâchait à divers endroit se situant à près d'une journée de marche sans rien et les gamins devaient revenir avant le lever du jour suivant. Les gamins devaient apprendre à survivre en forêt, à écouter, à lire les indices. Rien n'était fait au hasard

En cours de rédaction ....


♪ C'est une gauchère contrariée. Elle manie l'épée de la main droite par habitude, mais elle peut parfaitement le faire de la main gauche même si elle ne possède pas l'entraînement nécessaire pour en faire une bretteuse aussi bonne que de la main droite.
♪ Freyja ne se contente pas de se peindre le visage avec des pigments bleus, elle se couvre le corps d'arabesques ayant une signification à ses yeux. Signification qu'elle n'expliquera à personne.

Vous certifiez sur l'honneur avoir plus de 18 ans ? Ouaip, chuis majeure et cela n'importe où dans le monde. :P

Comment vous nous avez trouvé ? Google m'a indiquer une liste de top site que j'ai consulté avec l'envie de trouver un forum RP médiéval fantastique.

Un avis ? (Sur nous, pas sur le voisin ♪) Ce n'était pas trop le genre de contexte que je recherchais, mais j'ai bien aime quand même. Donc voilà que je débarque.

Quel est votre smiley préféré ?  Siffleur  ou  drôle
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 500
Date d'inscription : 06/05/2018
avatar
Comtesse d'Elgenn

A savoir -
Age: 22 ans
Métier : Comtesse d'Elgenn
En ligne
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Fiche Veilleur] Freyja Frappefer veille sur vous.
 Dim 11 Nov - 0:55
Bienvenue parmi nous et bon courage pour l'écriture de ta fiche! dieu
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 5
Date d'inscription : 06/10/2018
avatar
Master and Commander
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Fiche Veilleur] Freyja Frappefer veille sur vous.
 Dim 11 Nov - 10:26
Bienvenue à toi, si tu as la moindre question pour ta fiche n'hésite pas Smile
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 38
Date d'inscription : 17/10/2018
avatar
Fils d'alchimiste - L'incendiaire

A savoir -
Age: 32 ans
Métier : Alchimiste
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Fiche Veilleur] Freyja Frappefer veille sur vous.
 Dim 11 Nov - 19:04


Thème musical - Et les flammes murmurèrent...

mes statistiques:
 
Bienvenue et bonne écriture à toi ! taper
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 17
Date d'inscription : 28/09/2018
avatar
Cheffe d'une bande de pillards - La Sergente

A savoir -
Age: 31
Métier : Cheffe Bandit
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Fiche Veilleur] Freyja Frappefer veille sur vous.
 Lun 12 Nov - 11:12


mes statistiques:
 

La joyeuse troupe de Gredins
Duc Bidouille Docteur Carotte Graou
Bienvenue ici et bonne rédaction !
Sans doute pourra-t-on se croiser dans les bois, pour la chasse, la survie ou croiser le fer !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Fiche Veilleur] Freyja Frappefer veille sur vous.
 
Revenir en haut Aller en bas
[Fiche Veilleur] Freyja Frappefer veille sur vous.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» 【 Demande de partenariat 】
» La chanson qui vous rend triste
» Quelle Guilde choisir ? Ce topic est là pour vous aider !
» Si vous voulez une fiche...
» Et vous, vous ecoutez quoi souvent?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Varteja :: Y prendre part :: Recensement de la population :: Vous présenter-