Varteja
le Contexte


Partagez|
le Contexte
Messages : 94
Date d'inscription : 24/08/2017
avatar
Sauveur des Hommes

A savoir -
Age: ∞
Métier : Jésus poilu
Voir le profil de l'utilisateur http://varteja.forumactif.com
MessageSujet: le Contexte
 Jeu 21 Sep - 13:10


signature
La vie n’est qu’un cri éphémère dans les mâchoires de l’éternité.



« Les enfants pleuraient, pas tous, mais une bonne partie sanglotaient. Il n’y avait rien d’étonnant à cela, on venait de les arracher à leurs parents, leurs familles, leurs amis, tout ce qui avaient fait leur vie aussi loin qu’ils s’en souvenaient. La rafle, c’était vraiment une bonne grosse saloperie, mais c’était pas comme si on avait le choix, fallait bien en trouver des nouveaux veilleurs…
La route pour la forteresse était brumeuse, on y voyait plus à cinq mètres, autant dire que voir les bouts du convoi était un doux rêve.
On entendait juste les mômes pleurer.

Ça avait commencé par des craquements, le genre de chose qui n'inquiétait personne, noyée au milieu des bruits de pas et du crissement des planches et des essieux des charrettes. Mais on avait vite compris notre erreur quand les loups nous étaient tombés dessus. Leurs silhouettes frêles, à côté de celle des Wäslak qui nous accompagnaient, avaient surgi du brouillard tout crocs dehors.

“CORRUPTION !”


Quelqu’un avait gueulé, plus loin, invisible, ce qui voulait dire que toute la caravane devait prendre cher.
Il fallait protéger les gamins, à tout prix.

À dire comme ça, ça avait l’air simple, on était entraînés, mais la présence des bêtes corrompues les faisait crier encore plus. Y’avait bien quelques prêtres pour essayer de les faire taire, mais pas grand-chose y faisait c’était déjà le bordel, le chaos.

Épée au clair, j’essayais d’en attraper un, mais ils étaient toujours trop rapides, ou trop prudents à disparaître dans les limbes blanchâtres qui nous entouraient. Soudain, un grognement, l’un d'eux s’était jeté sur le pauvre gars juste à côté de moi, direct à la jugulaire. Il était décrépi, famélique, nécrosé, de sa truffe, de sa gueule suintait cette viscosité rouge sombre qui se mêlait au sang du pauvre type dont il était en train de déchiqueter le cou. Par le grand Scorn, j’avais eu qu’une envie me tirer, pourtant, il ne fallait pas se laisser envahir par la peur, ça faisait qu’un instant, j’en avais encore un autre, juste un autre pour me reprendre, réagir. C’était presque un réflexe de survie qui avait fait que ma lame venait de s’enfoncer dans le flanc de la bête, puis sur son cou, pour qu’elle s'effondre.

Mais les loups n’avaient été que les amusements, les éclaireurs. Entre-temps un ours, des cerfs et foule de petits animaux s’étaient abattus sur nous, déchaînés. On avait bien essayé de se regrouper, mais attaqué de partout, sans logique ni répit, on avait vite abandonné l’idée, c’était chacun pour sa peau et celle des mioches.

Une cacophonie de cris, de brames, de grognements, les enfants qui essayaient de s’enfuir, de se cacher de la brume et de l’odeur du sang.

Avec d'autres, j’avais abattu une biche qui avait essayé de manger plus de l’un d’entre nous. Je m’étais retourné, essoufflé, perdu, c’est là que j’ai vu ça. Le temps qu’on tienne, les chamans avaient fait un cercle sur le sol, protégés par leurs grands loups. L’un d’entre eux était en train de leur apporter un blessé. Le pauvre homme se débattait, hurlait, protestait jusqu'à ce qu’il soit au centre de leur dessin. Sans ciller, un chaman lui trancha la gorge, laissant un peu plus de sang salir le sol.

Puis elles s’étaient tous effondré, dans un vacarme à en rendre sourd, toutes ses bêtes qui nous attaquaient, elles étaient désormais inanimées au sol…

C’était pour ça qu’on avait besoin des veilleurs, parce que sans eux, ces choses nous auraient éradiqué, c’était pour ça qu’on avait et qu’on à toujours besoin des rafles… »

La voix de l’homme, pas haute, pas tonitruante, sincère, mourut dans le silence qui suivait l’histoire de son souvenir.

Ses subalternes s’épièrent entre eux, avant de regarder l’air grave sérieux de leur sergent. Avaient-ils eu le droit à ce récit car l’un d’eux s’était insurgé, disant qu’il refusait d’encadrer la rafle le lendemain ? Tous baissèrent la tête, dur de dire s'ils étaient vraiment convaincus, peu avaient vraiment affronté ces choses. La Corruption, elle était calme en ce moment, laissant la vie suivre son cours, commerce, politique, amour, haine, tout ce qui occupait les hommes lorsque rien de plus grand, de plus dangereux qu’eux-mêmes ne les fédérait.
Revenir en haut Aller en bas
le Contexte
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Contexte # Dans quel contexte vivons nous ?
» Contexte évolutif
» Contexte de Nox Aeterna
» Contexte One Piece Requiem
» Le Contexte du RPG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Varteja :: Découvrir le Monde :: Ouvrages de références :: Règlement & Contexte-