Varteja
Lajha Seraphon [Fiche Terminée]


Partagez|
Lajha Seraphon [Fiche Terminée]
Messages : 348
Date d'inscription : 25/09/2017
avatar
Folle obsédée par la Corruption

A savoir -
Age: 28 ans
Métier : Gérante d'un établissement de couture
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Lajha Seraphon [Fiche Terminée]
 Lun 25 Sep - 21:06

Lajha Seraphon

Il y a deux choses dans la vie qui ne sont pas négociables: l'amour et la mort.



NOM : Seraphon

PRENOM : Lajha (Se prononce Laya)

SURNOM : Lala

SEXE : F

AGE : 28 ans

RANG SOCIAL : Ancienne bourgeoise

LIEU DE VIE : A présent proche des frontières
Lajha est une jeune femme au regard désormais vide, elle n’attire pas l’attention, ne porte pas de couleur, ne croit plus. Sa taille fine laisse peu à peu place à une musculature plus imposante, une carrure plus masculine. Elle ne s’entretient plus, ne cherche pas à être féminine. Pour quelqu’un l’observant de loin, elle doit sembler morte, une simple ombre de passage, qui ne doit franchement pas donner l’impression de savoir où elle va. Ses cheveux sont d’un noir profond, plutôt long, qu’elle remonte généralement en un chignon absolument pas soigné. Elle porte des armes qui sont toujours visibles, semble toujours sur la défensive et fréquente dernièrement des personnes qui ne le sont pas vraiment. Une rumeur circulerait à son sujet, elle serait à la recherche de personnes n’ayant plus rien à perdre, personne ne sait vraiment pourquoi.

Perdition – Haine – Tristesse- Violence – extrême

Lajha est une femme perdue, elle ne sait plus qui elle doit être elle, qui elle veut être. Elle a l’impression qu’on lui a pris sa vie, qu’une force autre lui prend toujours sa vie. Elle parle souvent toute seule, répète sans cesse que ELLE est la coupable. Elle peut rentrer dans un extrême ou un autre en une fraction de seconde, c’est une femme instable qui ne semble plus avoir de limite. Elle ne tient pas à la vie, ne semble même plus avoir peur de la mort. Elle pose beaucoup de questions sur la corruption la cherche, souhaite la posséder. Elle veut la comprendre, elle veut la contrôler, elle veut tellement de chose la concernant qu’il n’est pas rare de la prendre pour folle.


- «  Promettez-vous de vous aimer jusqu’à ce que la mort vous sépare ? »
- « Oui »
- « Oui »

Ça aurait dû être ça, jusqu’à ce que la mort nous sépare, mais pas aussi vite. Vraiment pas aussi vite. Avec le recul, je me dis que ça aurait pu être prévisible, mais j’avais attendu tellement longtemps ce jour, j’avais tellement voulu voir cette alliance autour de mon doigt et de voir son sourire sur ses lèvres. Alors comment j’en suis arrivée là, comment… Pourquoi ? J’ai encore le goût de mon sang dans la bouche, la texture du sien sur le visage, sur les mains et son corps qui gît juste là, à quelque pas devant moi. Je ferme les yeux, je me sens perdue, peut-être que je le suis au fond. Alors je fais quoi maintenant ?

~ ~ ~ ~ ~

Il paraît qu’écrire fait du bien, soulage d’un poids, libère l’âme de l’emprise du corps. J’ai beau relire et relire ses quelques lignes, je ne me sens pas libérée de tout ça, je me sens encore prise au piège. La nuit ce sont mes hurlements qui me réveillent, le jour ce sont mes absences qui me possèdent. Comment vivre l’après, est-ce qu’il peut y avoir un après au moins ? Je n’ai pas envie de continuer, de poursuivre, on m’a tout pris. Est-ce que j’ai le droit d’abandonner ? Juste une fois. Alors je relis mes lignes, celle d’avant, celle où j’étais encore normale avec un quotidien qui ne m’imposait pas de vivre avec un meurtre sur la conscience.

~ ~ ~ ~

Je me nomme Lajha, mais tout le monde m’appelle souvent Lala, c’est plus rapide, personnellement je ne trouve pas. J’ai 26 ans, je tiens une boutique de tissus, je suis couturière ou armurière ça dépend, je suis un peu touche à touche. J’ai hérité des deux commerces de mes parents, deux commerces si différents et à la fois si similaires. J’ai rassemblé les deux pour n’en faire qu’un et j’ai revendu la forge pour permettre d’avoir une habitation convenable, pour faire ma vie. J’entretiens une relation avec l’homme qui a racheté la forge, il passe par moi pour vendre,  ses créations sont exposées dans ma boutique ça lui permet de consacrer plus de temps à sa famille. Moi ? Je n’ai pas vraiment de relation, ni fixe, ni tout court. J’suis romantique que voulez-vous, quand j’étais jeune on m’a pris celui qui faisait battre mon cœur d’enfant et quand il est parti je lui ai hurlé que je l’attendrais. Ouais, que je l’attendrais. Alors j’ai attendu, comme une idiote. Oh, il ne faut pas croire, j’ai eu des aventures, rien de bien sérieux, je me suis gravée son prénom sur une omoplate et puis j’ai tout fait pour ne pas écouter les mauvaises langues. Oh, ne croyez pas que je suis naïve, j’avais bien conscience qu’il y avait un gros risque, peu importe, j’avais envie d’attendre, de vivre l’histoire dont on m’avait privée. C’est tout. C’est n’allait pas plus loin. La rafle me l’avait pris lui, j’espérais qu’il me revienne.

C’était tellement surprenant, tellement fort qu’à sa sortie il vienne me retrouver. Il vienne frapper à la porte de ma demeure. Cette nuit-là, j’ai senti ses lèvres sur chaque partie de mon corps, son odeur s’imprégner de ma peau, j’avais plus envie que ça s’arrête, plus envie de le quitter. Il avait changé, moi aussi, mais au moins, on avait l’impression d’exister encore ensemble. Il m’a fait la promesse de m’épouser, je l’ai insulté. Comme-ci c’était possible, il avait choisi une voie trop différente de la mienne. La relation n’aurait pas dû perdurer j’en avais bien conscience et pourtant quand il le pouvait, il me rejoignait pour un moment purement charnel.  Le temps d’une parenthèse. Notre idylle d’une nuit, de plusieurs nuits à durer 7 ans, je n’ai entretenu aucune autre relation, malgré ce que je ne cessais de lui répéter pour le rendre jaloux. Adrian me riait au nez à chaque fois que j’avais l’audace de lui dire que je ne l’aimais pas, me chuchotant que je n’en étais pas capable, que je n’en serais jamais capable. Il avait raison.

À partir de notre union, j’ai cessé mes provocations, je me suis rangée, je voulais donner la vie. Je voulais lui permettre de faire perdurer son nom. Notre vie à deux n’a pas vraiment changé, il m’aimait, moi aussi. Notre relation était surtout physique, on avait ce lien intense, cette étincelle dans le regard, on s’est amusé beaucoup. Vraiment beaucoup. Je n’ai pas réussi à tomber enceinte, à lui offrir cette vie qui me tenait tant à cœur, mais cela ne l’importait pas. Du moins, c’est ce qu’il me disait. On a fini par s’adoucir un peu, je tenais la maison d’une main de maître. On s’était promis de vivre notre histoire et de profiter avec ou sans enfant. Lui faisait face à la souffrance, la mort, la corruption. Un mot que je ne connaissais que de nom, sans jamais mesurer la douloureuse meurtrière qu’elle pouvait être. L’épouse d’un milicien de Scorn, si mes parents me voyaient… Ils riraient certainement beaucoup. J’aimais ma vie, celle que j’avais choisie, celle qu’on avait voulue à deux. Je l’aimais plus que de raison. Elle m’a tout pris. ELLE encore ELLE. Pourquoi. ELLE.

Un soir il n’est pas rentré. Le deuxième non plus, le troisième encore moins. J’ai attendu encore, jusqu’à ce qu’on me le ramène de force. Il pouvait plus être dans la milice. Je n’ai pas vraiment compris pourquoi, mais ils m’ont dit que c’était grave. Il me parlait plus, ne me touchait plus, s’enfermait dans le noir et refusait de me parler. Plus tard, j’ai appris qu’il était contaminé. Par quoi ? Comment ? ELLE. Il a rien voulu me dire, il pouvait plus ressentir, on pouvait plus vivre comment avant, on pouvait plus se toucher, partager. Pourquoi… ELLE. J’ai refusé de sombrer, j’ai refusé de le laisser comme ça, dans cet état d’esprit. Il n’avait pas le droit, ce n’était pas lui, ce n’était pas nous. Il a travaillé avec moi à la boutique, petit à petit. Il ne répondait plus à mes sourires, plus à mes avances. Ils étaient loin nos moments d’égarement dans des endroits fréquentés, ils étaient loin nos instants charnels. Il voulait que je le quitte, je le sentais, il voulait que je prenne moi la décision, la responsabilité, jamais. Égoïste. ELLE. Il avait une amante, j’en étais certaine, cela ne pouvait être que ça… Ouais elle était en lui cette amante, cette femme, cette elle. Un soir il a craqué, il m’a tout expliqué. Il avait l’air si détaché, si ailleurs. Je n’ai toujours pas pris en mesure à l’époque à quel point ELLE allait briser ma vie, notre vie.

Je n’ai pas abandonné, jamais. Je voulais le récupérer, je voulais retrouver notre vie. On nous avait pris notre amour d’enfance, on nous avait pris notre amour charnel, on n’avait pas le droit de nous prendre notre couple. ELLE encore moins. Parce que je l’aurai, je la retrouverai, elle sera à moi, ELLE ELLE ELLE.

Elle n’avait pas le droit… Non pas le droit. Un soir, je l’ai rejoint dans sa chambre, parce qu’il ne voulait plus qu’on partage la nôtre. C’était dangereux. Bien trop d’après lui, je ne le croyais pas. J’aurai du. Si j’avais su. J’ai réussi à le convaincre d’essayer et tout a basculé. Notre moment était tendre, charnel, intense.. Je l’ai senti sombrer, brutalement, il s’est retrouvé sur moi, ses doigts autour de ma gorge, serrant toujours plus fort encore encore plus fort. Je ne pouvais plus respirer, je n’arrivais pas à crier, à le supplier. Les larmes ont inondé mon visage et à force de me débattre, j’ai réussi à m’échapper. Il s’est lancé à ma poursuite, j’ai attrapé son épée.. J’ai senti son corps la traverser, j’ai senti le goût de mon sang derrière mes lèvres et le goût du sien se répandre sur moi, sur mon visage.

- «  Promettez-vous de vous aimer jusqu’à ce la mort vous sépare ? »

Ça aurait dû être ça. J’ai vu son corps vibrer, trembler, son regard perdre la dernière once de vie. Il est mort dans mes bras avec l’envie de me tuer. J’avais sa mort sur la conscience. Il était là, juste là dans mes bras inertes. Sans vie. À cause d’ELLE. J’ai hurlé son prénom, si fort, je l’ai secoué, mais il n’est jamais revenu. C’est ELLE la coupable, ça peut être que-elle. Je… Alors comment j’en suis arrivée là, comment… Pourquoi ? J’ai encore le goût de mon sang dans la bouche, la texture du sien sur le visage, sur les mains et son corps qui gît juste là, à quelque pas devant moi.




Lajha est une jeune femme détruite mentalement. Elle cherche une raison à tout ça, raison qu'elle trouve dans la corruption qui devient une obsession intense. Elle vie pour la corruption, elle est prête à tout pour se faire un nom et obtenir de l'aide quitte à se perdre davantage dans tout ça. Elle est morte en même temps que l'homme qu'elle aime. Elle n'a donc absolument plus rien à perdre.


Vous certifiez sur l'honneur avoir plus de 18 ans ? Ne parlons pas des choses qui rendent triste  angry  (+ de 18 ans OUI OUI OUI)

Comment vous nous avez trouvé ? Harcèlement, séquestration tout nu sur une chaise avec coup de fouet. Pouuuuh franchement, je sais pas comment j'ai survécu.  wtf

Un avis ? (Sur nous, pas sur le voisin ♪) Bah ça me semble très sympa tout ça  bave Ah mince j'ai encore un peu de blanc au coin des lèvres  dump

Quel est votre smiley préféré ?  dieu (Bah oui y a pas de furets !) .

Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 116
Date d'inscription : 18/09/2017
avatar
Chaman

A savoir -
Age: 24 ans
Métier : Psychopathe
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Lajha Seraphon [Fiche Terminée]
 Lun 25 Sep - 21:29
heehee Bienvenue à toi! *content*

metal
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 110
Date d'inscription : 13/09/2017
avatar
Fléau du monde

A savoir -
Age: ♥
Métier : Fouteuse de merde
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Lajha Seraphon [Fiche Terminée]
 Lun 25 Sep - 22:06


*Cache le fouet*
Vous arrêtez de mentir là, vous nous faite passé pour quoi peur
Nous en essaye de donner du bonheur au gens et vous dite qu'on est des méchantes et tout  teuplé

Trêve de galéjades =D

Un perso tout timbrer, pour lequel j'ai rien à redire !

Tu peux donc aller traîner telle une âme en peine (que tu es) aux frontières.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 348
Date d'inscription : 25/09/2017
avatar
Folle obsédée par la Corruption

A savoir -
Age: 28 ans
Métier : Gérante d'un établissement de couture
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Lajha Seraphon [Fiche Terminée]
 Lun 25 Sep - 22:44


Lajha s'exprime en #ff9999
Merci tout plein ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Lajha Seraphon [Fiche Terminée]
 
Revenir en haut Aller en bas
Lajha Seraphon [Fiche Terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» LADY MASTERMIND ♠ Whatever Gets The Job Done [Fiche Terminée]
» Signaler une fiche terminée
» Matabei ASASUISEI - Shodaime Kazekage || Fiche terminée
» Fiche terminée ? Faites le nous savoir.
» FICHE TERMINÉE | Passage obligatoire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Varteja :: Y prendre part :: Recensement de la population :: Présentations validées :: Peuple-