O
u
v
r
i
r

l
a

n
a
v
i
g
a
t
i
o
n
O
u
v
r
i
r

l
e
s

r
e
c
h
e
r
c
h
e
s
[EN COURS] Marjolaine, le retour.


Partagez|
[EN COURS] Marjolaine, le retour.
Messages : 3
Date d'inscription : 13/04/2018
avatar

A savoir -
Age: 16 ans
Métier : Mendiante, opportuniste.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: [EN COURS] Marjolaine, le retour.
 Ven 13 Avr - 20:31

Marjolaine, la petite souris...

Vie, prie, aime... Ne laisse personne éteindre ton étincelle.



NOM : Moissonier.

PRENOM : Marjolaine.

SURNOM : Marjo'.

SEXE : F.

AGE : Approche dangereusement de ses 17 printemps.

RANG SOCIAL : Bas peuple.
Les rues de Cleyf ne se prêtant pas à l'agriculture, et étant trop âgée pour qu'on veuille d'elle comme apprentie, Marjo' est contrainte à mendier ci et là ou à effectuer quelques menues besognes pour « au Marteau et à l'Enclume », histoire de gagner quelques pièces.

LIEU DE VIE : Dans le Quartier des feux, à Cleyf.
Paysanne originaire du duché de Briet, Marjo' a dû rallié Cleyf à la mort de son dernier parent… C'est une lointaine cousine et son forgeron d'époux, de parfaits inconnus, qui ont décidé de la recueillir.


Dans l'effervescence de la cité de Cleyf, sous le regard du Dieu lupin, se trouve une créature qu'il est difficile de remarquer. Du moins dans un premier temps… Elle est telle ces petites souris grises qui s'insinuent partout, sur lesquelles on doit porter par deux fois le regard ; la première sans trop la voir, la seconde pour s'assurer de n'avoir point rêvé. Il est bien difficile de dire s'il s'agit là d'un don, celui de se fondre dans le décor, ou les conséquences d'une apparence des plus communes…

Ainsi pourrions-nous décrire Marjolaine, la petite souris… Mais ça serait omettre bien des détails.

A première vue, petite, elle l'est sans aucun doute mais sans vraiment le paraître. Sa taille est trompeuse car elle est bien moins grande que ce que les apparences ne laissent penser, de prime abord. On ne peut lui prêter un aspect squelettique, ni exactement maigre… Mais la qualifier de mince, voire de chétive ou de fragile, semble adapté. Si elle effleure à peine le mètre cinquante-deux, ça ne l'a jamais complexée pour autant. Tout au contraire : cela aidant, elle se glisse, se faufile, déambule… Elle dévie, contourne la masse, esquive tout un chacun, puis s'éloigne, sans jamais déranger ni effleurer personne. D'une démarche décidée, pas vraiment féminine quoi qu'un peu chaloupée, la jeunette brave indifféremment le vent chargé de sel, la pluie battante ou les rayons caniculaires qui malmènent tour à tour la ville, progressant dans le tourbillon de ses jupes et de ses cheveux.

S'il est une chose qui marque particulièrement les esprits, c'est justement sa chevelure ; une cascade de nuances tantôt brunes, tantôt châtaines, héritée de sa mère. Plutôt longue, c'est le moins que l'on puisse dire, la masse dense et ondulée atteint aisément le galbe de ses fesses ; selon la coiffure qu'elle adopte. S'il lui arrive de la laisser libre, la jeune femme la tresse, le plus souvent, avant de nouer sa coiffe rouge et blanche qu'elle ne quitte que rarement ; seul élément de couleur à sa tenue principalement composée de robes brunes et grises.

De son côté, son visage est un mystère. S'il respirait la vie et la joie il y a peu de temps encore, il s'imprègne aujourd'hui de traits féminins ; les lignes de l'enfance s'effacent, ne laissant que de vagues vestiges de cette époque bénie. Les joues se creusent, le menton s'affine, les pommettes sont plus marquées et pourtant, le grain fin et les traits sont gâchés par la couche grisâtre qui lui fait comme une seconde peau, au point d'en rendre parfaitement indiscernable la carnation pâle. Ses lèvres, d'un rose soutenu et pleines, ne semblent plus guère sourire, s'ouvrant juste lorsque nécessaire pour laisser passer une voix fluette, aigüe, et éraillée. Sa peau, à l'image de cet air ni totalement froid ni vraiment chaleureux qu'elle arbore, est marquée par la dureté de la vie, assombrie ici de cernes où bien là de bleus et cicatrices, tristes stigmates d'un brutal passé. Nul ne saurait d'ailleurs remarquer que de part et d'autre de son nez, peut-être juste trop épais pour la finesse du visage, se trouvent de si méprisées tâches de son. Les rougeurs à ses joues contrastent, ressortent, donnent vie à ce masque qui parait bien souvent inexpressif. Insensible, impassible, impénétrable, indifférente… Tels sont les termes qui conviennent le plus quant à son expression. Derrière le miroir de ce regard pétillant, profond, aux couleurs oscillants entre le gris de l'acier et le bleu du ciel, bordés de longs cils épais à en faire pâlir la noblesse, se cache un personnage empli de complexes, qui porte sur chacun le même regard franc et direct… Peu importe qu'il soit le dernier des gueux ou le plus noble des gentilhommes.

Elle se cache, dissimule son corps malmené, et rien n'est dévoilé jusqu'au creux de son cou, non pas par pudeur, mais par honte. Une honte, un regret qui lui noue les entrailles à chaque instant, qui la culpabilise lorsque vient la nuit tandis qu'elle peut alors observer son corps dépourvus de ses frusques.

Il parait évident que, malgré une apparence encore juvénile, Marjolaine a bel et bien un corps de femme ; sa poitrine est d'une taille convenable sans pour autant être opulente, ses hanches larges surplombent un postérieur en pomme, et l'ensemble est souligné par un ventre plat et une taille légèrement marquée ; mais rien qui ne lui convienne. Malgré une vie rude propre à la paysannerie Marjolaine n'a des muscles que peu développés, tout juste des esquisses qui ressortent à la lueur d'une chandelle. La besogne semble n'avoir marqué, au final, que ses mains alors rendues calleuses et rugueuses, mordues par le sel, brunies de saleté. Ses doigts fins n'y échappent pas… jusqu'aux ongles, courts, abimés, qu'il lui arrive de ronger. Et malgré les efforts, comme je le disais plus tôt, ses épaules étroites se poursuivent par des bras désespérément fins, et longilignes ; et ses cuisses surplombent des mollets tout juste fermes, des chevilles osseuses mais solides... Pour finir sur des petits pieds absolument charmants, toutefois striés ci et là de lignes nacrées à l'image de l'ensemble de son corps.


Marjolaine est, et demeure, un mystère à part entière, à l'image de cet air indéchiffrable qu'elle arbore avec tant de naturel et d'aisance. Il englobe tout, de sa vie passée à ses desseins, de sa vision du monde à ses peurs. Elle ne montre que très peu, si ce n'est pas du tout, ses sentiments, alors qu'elle en est pourtant gorgée, bien plus que ce qu'on ne peut imaginer dormir sous cette froideur et cette indifférence apparente. Il n'est pas exagéré de dire qu'en ce monde, il n'est plus personne qui la connaisse véritablement ; et peu de gens, moins d'une poignée, ont eu le plaisir d'en apprendre davantage sur elle que son simple paraître. Aussi, son comportement se résume à un seul mot : énigmatique.

Dans son esprit, la brune a connu deux phases de vie, deux états ; l'avant et l'après. Même à ceux en qui elle a toute confiance elle ne confiera jamais qu'elle se sent comme moralement morte, inerte. Aussi, ce qu'elle était de son vivant : pétillante et souriante, espiègle, joyeuse… n'est plus qu'une petite ombre au fond d'elle, un fantôme qui la torture sans cesse. Sans doute cette facette d'elle est-elle toujours présente, comme une braise qui ne demande qu'à être attisée, mais seule l'indéchiffrable, l'inerte, ressort… Exceptée une fois la nuit venue, lorsque les cauchemars récurrents prennent d'assaut son sommeil, et qu'encore une fois elle crie alors que son corps se débat contre un ennemi invisible ; lorsqu'elle revit, invariablement, ce jour maudit qui fit tout basculer.

A présent, du ressenti de chacun – dans sa grosse majorité –, Marjolaine se montre volontiers aimable, courtoise, cordiale… Mais désespérément froide, et très vive d'esprit. Trop ? Possiblement. Elle conserve toujours une certaine distance avec ses interlocuteurs, et ne s'étend jamais en la moindre démonstration affective. Elle est réputée pour être une jeune femme discrète, serviable et juste ; qui préférera toujours privilégier l'intérêt général au sien propre ; mais ô combien maladroite dans ses paroles. En cause ? Sa franchise à toute épreuve qui lui joue bien des tours, bons comme mauvais, et son caractère non négligeable ; elle sait se montrer venimeuse, raisonnable, ou même passionnée, mais le trait prédominant serait surtout entêté. Une fois qu'elle a une idée en tête, ou qu'elle éprouve la moindre rancœur contre quelqu'un, il est assez dur de l'en défaire… D'autant qu'à l'image de ces malignes et habiles petites souris, elle a à disposition une cervelle dont elle sait se servir et beaucoup de patience ; l'ensemble faisant qu'il n'est pas vraiment conseillé de se dresser sur son chemin, vous l'imaginez bien. Si elle bénéficie donc d'une assez bonne image auprès du peuple, ses semblables, on ne peut dire qu'elle ne se soit pas fait d'ennemis ; il lui est bien évidemment arrivé de voler auprès de quelques commerçants, se soit attiré les foudres d'un noble pour lui avoir parlé avec trop de franchise ou même simplement regardé, et les gamins du quartier auprès de qui elle fait sa petite loi conservent une certaine haine à son égard….

Mais voilà : rien de tout cela ne lui importe, comme quoi cette expression impassible sur son visage n'est pas qu'une facette, mais quelque chose de bien plus profond. Pour être plus exacte, je dirais même qu'en tant qu'éternelle désabusée un tantinet pessimiste, ça lui glisse par au-dessus comme de l'eau sur les plumes des canards. Elle ne croit plus en rien, surtout pas en l'Homme… et même sa foi en Huvara s'en trouve compromise ; bien qu'importante dans sa vie, puisqu'immergée dans le culte depuis sa plus tendre enfance, cette dernière est loin d'être inébranlable ; il lui arrive même de blasphémer ! On peut aussi, parfois, la sentir pleine de doutes et bien hésitante quant au culte, chose qui aurait été purement inconcevable tandis qu'elle avait encore ses doux et naïfs rêves d'enfants ; dans lesquels elle se voyait devenir une Huva ou une Huvar, mais c'est une autre histoire que je conterais là bien plus tard.

A l'opposé, elle n'aspire désormais plus à rien et se contente simplement de vivre sans plus guère de passion, en se demandant où est sa place… et en attendant que son heure vienne, ou alors qu'elle trouve enfin sa voie. Laquelle ? Elle-même ne le sait pas. Elle aime à la fois tout et rien : de la couleur bleue à l'apprentissage de nouvelles choses, mais surtout la nature ; ses animaux et ses plantes, sources de vie ; mais pas que, loin de là. Plus simplement, elle s'intéresse à tout mais sans pour autant parvenir à se prendre de passion pour quoi que ce soit, ce provoque en notre brunette une certaine frustration. Néanmoins, Marjolaine étant ce qu'elle est, elle aimerait pouvoir se rendre le plus utile possible pour l'intérêt général ; un bien noble souhait mais une tâche ô combien vaste. De ce fait, elle se demande, parfois, si elle ne devrait pas suivre une carrière de milicienne en vu de contribuer à l'éradication de la Corruption, d'alchimiste pour trouver un remède à cette dernière, ou... Voilà, vous avez compris. Ce qui est sûre, c'est qu'avec les doutes qui l'assaillent, la prêtrise n'est pas pour elle.

A présent, vous savez tout. Ou presque.

Ce que vous voulez nous dire de particulier sur lui ou elle.
Vous certifiez sur l'honneur avoir plus de 18 ans ? Je certifie.

Comment vous nous avez trouvé ? Via un partenaire lorsque je cherchais un nouveau forum jdr, il me semble. J'avais du le dire sur ma première fiche.

Un avis ? (Sur nous, pas sur le voisin ♪) Tout il est beau, tout il est bien.
Quel est votre smiley préféré ? Parce que vous n'avez pas lui : , je dirais que c'est lui :  wtf
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 12
Date d'inscription : 08/04/2018
avatar
Chercheur

A savoir -
Age: 21
Métier : testeur de matelas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [EN COURS] Marjolaine, le retour.
 Ven 13 Avr - 20:40


Tohva s'exprime en #663399
Fightoooooo!

Courage à toi :)
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 707
Date d'inscription : 25/09/2017
avatar
Prêtresse

A savoir -
Age: 18 ans
Métier : Prêtresse
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [EN COURS] Marjolaine, le retour.
 Ven 13 Avr - 22:32


Léonie s'exprime en #ff9933
Bienvenue parmi nous ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 214
Date d'inscription : 15/10/2017
avatar
Mercenaire itinérant

A savoir -
Age: 36 ans
Métier : Mercenaire
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [EN COURS] Marjolaine, le retour.
 Dim 15 Avr - 8:01


For 7 - Dex 6 - Int 6 - Char 6 - Per 6 - PV 8

Re-bienvenue ! :D
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 170
Date d'inscription : 13/01/2018
avatar
Milicien de Grand Loup - Tanière de Degron
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [EN COURS] Marjolaine, le retour.
 Dim 15 Avr - 19:57
Rebienvenue!
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 3
Date d'inscription : 13/04/2018
avatar

A savoir -
Age: 16 ans
Métier : Mendiante, opportuniste.
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [EN COURS] Marjolaine, le retour.
 Lun 16 Avr - 20:38
Merci / re-merci à vous :)
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 32
Date d'inscription : 30/01/2018
avatar
Mercenaire

A savoir -
Age: 24
Métier : Mercenaire
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [EN COURS] Marjolaine, le retour.
 Lun 16 Avr - 22:18



Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [EN COURS] Marjolaine, le retour.
 
Revenir en haut Aller en bas
[EN COURS] Marjolaine, le retour.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» cours de latin
» Cours informatique
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Varteja :: Y prendre part :: Recensement de la population :: Vous présenter-