O
u
v
r
i
r

l
a

n
a
v
i
g
a
t
i
o
n
O
u
v
r
i
r

l
e
s

r
e
c
h
e
r
c
h
e
s
Varamyr, le Présage [Terminée]


Partagez|
Varamyr, le Présage [Terminée]
Messages : 36
Date d'inscription : 30/01/2018
avatar
Mercenaire

A savoir -
Age: 24
Métier : Mercenaire
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Varamyr, le Présage [Terminée]
 Jeu 1 Fév - 1:20

Varamyr

Le vrai tombeau des morts, c’est le cœur des vivants.




PRENOM : Varamyr

SURNOM : Présage

SEXE : M

AGE : Pas loin du quart de siècle.

RANG SOCIAL : Mercenaire

LIEU DE VIE : Morhai
Varamyr possède la stature d’un homme qui s’entraîne au combat depuis son plus jeune âge. Presque un mètre quatre-vingt cinq pour quatre-vingt dix kilos, celui que l’on surnomme Présage semble prêt à relever tous les défis physiques. Un large buste, des cuisses solides, des bras épais, il semble taillé dans le marbre comme les statues des héros de jadis.

Un corps de guerrier qui contraste énormément avec son visage aux traits délicats. La bouche de Varamyr cache une dentition soignée sous des lèvres presque pulpeuses qui surplombent un menton volontaire. Des joues menues, toujours rasées de frais, viennent adoucir les contours acérés d’une mâchoire solide. Quant à ses yeux, ils brillent d’une lueur d’un vert-jaune particulier, capables de transmettre de nombreuses émotions grâce à ses sourcils bruns, légers et expressifs, qui se tordent et se retordent au gré des situations. Varamyr porte ses cheveux noir corbeau jusque sous sa mâchoire, qu’il dissimule souvent sous son casque et qu’il soigne avec attention sans les coiffer pour autant. Seul son nez, autrefois fin et désormais cassé à la suite de nombreuses rixes, détonne de son visage presque angélique.

Le jeune homme porte très souvent son armure en cuir noire qui est comme une seconde peau pour lui et pour cause, elle le recouvre de la tête aux pieds. Armure qu’il agrémente ça et là par diverses touches personnelles, comme des poignards de jets qu’il porte en ceinture allant de l’épaule gauche au flanc droit, plusieurs poches et petites bourses contenant tout un attirail de choses parfois utiles et d’autres fois non. Le tout est complété par une longue cape aussi noire qu’un cœur sans âme qui lui tombe jusqu’aux chevilles et dont il se drape très souvent pour se protéger aussi bien de la pluie que du vent, du froid ou même des gens. Il n’est pas rare de le voir rêvasser, à l’écart, son capuchon rabattu jusque son nez.

Quand il ne porte pas sa tenue de combat, Varamyr se vêt d’habits simples, de factures plus solides que raffinées aux couleurs sombres et discrètes.


Varamyr est quelqu’un de droit, honnête, le genre de gars sur qui on peut compter s’il accepte de vous aider. Car le jeune homme est quelqu’un de très détaché qui a tendance à s’isoler et qui peut rester muet pendant plusieurs jours. C’est un loup solitaire qui, sans être pour autant désagréable, ne laissera pas grand monde l'approcher. Il sera cordial voire serviable, mais ne donnera pas lui-même suite à une rencontre, les rares personnes faisant partie de son cercle sont celles dont il n’a pu se débarrasser avant de s’attacher à elles.

Pourtant, c’est un garçon plein d’humour, parfois cynique, qui aime la bonne chère et le bon vin et qui est généralement apprécié de tous car il ne cherche pas le conflit et préfère le recueillement dans le calme aux différends bruyants.
Fidèle et sérieux, il va toujours au bout des choses et veille à respecter la parole donnée, quoi qu’il puisse lui en coûter.
Varamyr est également quelqu’un de sage et de courageux qui, sans apprécier la violence, n’en dénigre pas pour autant son utilité qui est parfois indispensable. Il n’a aucun goût pour la moquerie ou les intrigues et ne se mêle pas des affaires des autres. Idéaliste, il ne poursuit que la beauté et l’amour qu’il peut trouver aussi bien dans le cœur de la serveuse de la taverne du coin que dans celui du garde de la caserne locale.

Enfin, le soldat est toujours sur le qui-vive, à l’affût du moindre bruit, du petit geste ou de l’odeur la plus diffuse. On le surnomme Présage en raison de son sixième sens développé.

Campagne près de Warden

« Sillus, attend. J’ai vu un truc bouger là-bas. », lança Bert, un homme de grande taille et de fine stature, portant les cheveux courts et une barbe de trois jours.

Les deux hommes arrêtèrent leurs montures, et la caravane d’hommes d’armes et de civils qui les suivaient s’arrêta également. À leur droite se trouvait un chêne centenaire partiellement calciné aux pieds duquel gisaient plusieurs dépouilles de femmes dont il ne restait presque plus que les os noircis et les visages tordus de douleur. Au milieu de ce spectacle macabre sanglotait un jeune enfant nu au-dessus du cadavre de ce qui avait dû être une jeune et jolie femme.

« Pauv’gosse, ceux qui ont fait ça auraient dû lui faire rejoindre sa mère. »

« Les loups s’en chargeront bien assez vite. Qu’est-ce que... »

Une jeune femme blonde quitta le cortège en grande hâte pour venir recouvrir l’enfant d’une couverture de laine écarlate.

« Que fais-tu Ellie ? Laisse-le. »

« C’est un enfant seul, je l’emporte avec moi. »

« Une bouche de plus à nourrir ? »

« Regarde bien le tronc de cet arbre, et réfléchis un instant. »

Sur l’écorce était gravée quelques injures que seules quelques personnes dans la troupe pouvaient lire.

« Ce sont des sorcières qui gisent aux racines de ce chêne. Ce gosse est maudit, laisse-le. »

La jeune femme emmitoufla le garçon dans la couverture et le souleva pour le blottir contre elle, lançant un regard noir vers l’homme qui lui sommait de l’abandonner.

« Sommes-nous maintenant responsables des fautes de nos aïeuls ? Si c’est le cas, tous ici devraient arrêter de te suivre, Sillus. »

Le mercenaire la toisa quelques secondes avant de cracher au sol et de faire de nouveau avancer sa monture.

« Maudite femme... », pouvait-on l’entendre grommeler dans son épaisse barbe rousse.

Le cortège se remit en route alors que les sanglots du bambins rythmaient la marche morne.

Quelques années plus tard

 « Si tu n’agrippes pas mieux cette épée, je ne donne pas cher de ta peau. »

Sillus se moquait à moitié du jeune garçon d’une dizaine d’années qui lui faisait face. Tout deux s’entraînaient à l’épée, même si le mot est exagéré, car l’adulte dédaignait totalement son adversaire qui tenait une épée plus grande que lui et dont la sueur se mélangeait au sang qui coulait des blessures qu’il avait reçues.

 « Allons, tu vois bien que tu t’obstines, cette épée est bien trop grande pour lui, le môme n’a que dix ans ! », intervint en riant Bert.

 « Ellie m’a fait promettre de m’occuper de lui avant sa mort., dit-il en lançant un regard noir au garçon.  « T’entends ça gamin, tu peux la remercier. Sans elle, tu serais encore à pleurer le cadavre de ta mère. Avoir sa place dans la compagnie ça se mérite, chacun sue et saigne pour gagner son bout de gras et t’y feras pas exception. Alors lève-toi gamin, et magne-toi d’apprendre avant que je ne te rosse. »

Chaque jour contenait son lot de douleurs et de chagrin, mais Varamyr en sortait toujours plus fort et plus sage que la veille. Le garçon devint un jeune homme robuste pour son âge en raison de l’entraînement sadique que lui faisait subir son père adoptif. Il s’entraînait jour et nuit au maniement de l’épée bâtarde pour pouvoir faire mordre la poussière à cet idiot de rouquin. D’autant plus qu’il était apprécié de tous parmi la compagnie du Cygne écarlate, une troupe de mercenaires modeste qui entraînait souvent des civils dans son sillage. Sillus ne l’aimait pas, et ne l’avait jamais aimé, il n’eût que haine et ressentiment envers Varamyr depuis le jour où il posa les yeux sur lui. Et ça, le jeune homme cherchait encore à comprendre pourquoi.

Les années passèrent et les effectifs de la troupe devinrent de plus en plus maigres. Sillus se faisait vieillissant, et il traînait une vilaine blessure à la jambe qui lui provoquait nuits fiévreuses et sautes d’humeur. Varamyr atteignait ses quinze ans et avait connu son lot d’escarmouches, il ressemblait déjà à un homme tant par son physique impressionnant que par son calme et sa maturité.
Sillus le convoqua dans sa tente un matin.

 « Te voilà un homme fait dès à présent. Je ne t’en pensais pas capable, et je dois admettre que si tu n’avais pas été là, cette fois-là, j’aurai perdu plus que l’usage de ma jambe. », il marqua une pause pour se servit un gobelet de vin. Varamyr sentait dans son regard qu’il cachait quelque chose.  « Tu le sais, la compagnie va mal, nous avons perdu beaucoup de nos piliers, comme Bert, et je ne peux plus diriger avec ma jambe, c’est pourquoi... »

Enfin. Enfin Sillus reconnaissait la valeur de Varamyr ainsi que son erreur de jugement. Le jeune homme jubilait intérieurement, il s’attendait à ce que le guerrier le nomme à la tête du Cygne écarlate.

 « … je t’envoie en Auven dès demain. Grâce à ton départ, la troupe recevra assez de vivres pour tenir un peu plus longtemps. »

 « C’est faux et tu le sais ! Tu m’envoies au loin par fierté et non pas par nécessité ! », explosa Varamyr.

Mais rien n’y fait, le garçon fut sur un navire le lendemain, plus seul que jamais.

Morhai

Il s’en passe des choses en dix années, surtout quand on est garde dans un hameau si proche de la corruption. Varamyr se fit vite à cette vie sédentaire où il tissa de forts liens avec ses compagnons d’armes et les badauds du village en général. Il rencontra des gens curieux, perdit des amis au combat, connût même l’amour deux fois, frôla la mort à plusieurs reprises. Et la vie s’écoula ainsi, tantôt calme et lasse, parfois haletante et dangereuse. Il parfit sa maîtrise de l’épée, travailla à écouter ses intuitions et se révéla même être un bon tacticien quand il dût mener des opérations extérieurs.

Un matin, le sergent de la caserne vint le réveiller pour lui annoncer qu’il avait terminé ses dix années de service et qu’il était libre. Varamyr pouvait rester ou partir, le choix lui appartenait alors il prit la décision de quitter la bourgade, au moins pour un temps, afin de profiter un peu de cette jeunesse qu’il n’avait jamais eue et qui lui filait déjà entre les doigts.
Il sait jouer de la flûte traversière.
Il adore les chouettes.
Il se rase la barbe parce qu’elle est rousse.
Il peut ne pas boire pendant un mois, mais ne peut pas s’arrêter après le premier verre.


Vous certifiez sur l'honneur avoir plus de 18 ans ? Hélas.

Comment vous nous avez trouvé ? Sur un topsite je crois.

Un avis ? (Sur nous, pas sur le voisin ♪) Visuel vraiment classe et contexte très intéressant j’ai accroché direct.

Quel est votre smiley préféré ?
Spoiler:
 
>
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 73
Date d'inscription : 12/12/2017
avatar
Huvar - Grand Loup
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Varamyr, le Présage [Terminée]
 Jeu 1 Fév - 1:51


#9933cc
Bienvenue parmi nous. =)
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 33
Date d'inscription : 15/11/2017
avatar
Chevalier - Capitaine viril

A savoir -
Age: Milieu vingtaine
Métier : Capitaine de la Sinople
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Varamyr, le Présage [Terminée]
 Jeu 1 Fév - 8:38
Bienvenue, merco !
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 36
Date d'inscription : 30/01/2018
avatar
Mercenaire

A savoir -
Age: 24
Métier : Mercenaire
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Varamyr, le Présage [Terminée]
 Jeu 1 Fév - 10:17



Merci !
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 293
Date d'inscription : 13/09/2017
avatar
Fléau du monde

A savoir -
Age: ♥
Métier : Fouteuse de merde
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Varamyr, le Présage [Terminée]
 Jeu 1 Fév - 10:30


Hey Varamyr et encore une fois, bienvenu ! cheer

Je  n'ai rien à redire de ta fiche, je vais donc de ce pas te donner ta couleur et ton rang!

Bon jeu parmi nous dieu
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Varamyr, le Présage [Terminée]
 
Revenir en haut Aller en bas
Varamyr, le Présage [Terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» C'est un père sage celui qui connaît son propre enfant [Terminé]
» Les Conseils d'un Sage
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» Seul et sage pensée!
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Varteja :: Y prendre part :: Recensement de la population :: Présentations validées :: Peuple-